Chargement

Chercher

Cavani à la folie – Dans l’histoire

Partager

DANS L’HISTOIRE

Chapitre 1

Uruguayen dans le sang… et le cœur !

 

Un parfum d’asado dans l’air et, au milieu de ces effluves de grillades très sud-am’, le fleuve Uruguay comme trait d’union : Bienvenido à Salto ! Une parcelle de « l’interior«  du pays, distante de 500 kilomètres de Montevideo. Autant dire à des années-lumière de l’effervescence de la capitale, pour les 105 000 Salteños qui distinguent à l’horizon la ville frontalière argentine de Concordia.

L’Argentine à l’ouest, le Brésil au nord : enclavé entre ces deux géants, l’Uruguay et ses 3 500 000 résidents cultivent leur attachement à leur terre. Une terre promise pour tout footballeur enfiévré par l’adrénaline que provoque un « golazo« (beau but). Ici, on façonne des buteurs avant de les vénérer, de Diego Forlan à Luis Suarez, en passant par la silhouette chevelue d’un certain Edinson Cavani.

Avant les statistiques, ce sont d’abord les gènes qui parlent pour Edinson, né le 14 février 1987 dans cette ville de Salto où Luis Suarez est aussi venu au monde… trois semaines plus tôt. Le papa, Luis, fut le buteur attitré du Salto Uruguay, où son goût du combat est aujourd’hui toujours loué par les aficionados. Côté maternel, Berta a des ancêtres indigènes, les Charrúas, notoirement reconnus pour leur haine du renoncement. Des marqueurs chromosomiques qui, quelque part, placent le destin d’un enfant entre les mains de la sainte grinta qui colle déjà à la peau de son demi-frère, de neuf ans son aîné.

Formé à Danubio, aux côtés de « Nando« 

Dans chaque quartier, chaque rue, chaque recoin de terrain, elle fait foi : la pelota. Le ballon. En Amérique latine, l’apprentissage de la vie emprunte souvent les chemins passionnés du fútbol. Avec une nuance : sur ce bout de continent, on choisit son camp, quasiment au berceau, dès lors qu’il s’agit d’un Clasico. Peñarol ou Nacional ? En Uruguay, les deux institutions de Montevideo ont des filières dans tout le pays et Edi opte pour la deuxième communauté, en enfilant la tunique du Nacional FC de Salto, à 6 ans. Monté sur ressorts, le futur Matador évolue aussi vite qu’il change de clubs au sein de sa ville natale (Peñarol de Salto, Club Remeros Salto, Salto Uruguay FC puis Ferro Carril de Salto), avant de s’établir à Danubio, un club de Montevideo dont il intègre un centre de formation qui a vu éclore le grand Álvaro Recoba (68 sélections). 

Du haut de ses 16 ans, Edi vient ainsi de troquer les grands espaces de Salto pour intégrer l’écosystème footballistique. Après avoir partagé des heures de jeu avec son demi-frère Walter Fernando Guglielmone, dit « Nando« , à taper le cuir sur un terrain de fortune, le tandem est réuni à Danubio où ce dernier, international uruguayen depuis 2001 (2 sélections) a signé en 2004. Un aîné au statut de modèle : il est l’ange gardien de Cavani, celui qui lui martèle de ne jamais oublier un moteur : la passion. Globe-trotter durant ses 13 ans de carrière (de 1999 à 2012), il reste aujourd’hui omniprésent, lui, le conseiller bienveillant, le confident de toujours. 

« LA VÉRITÉ, C’EST QU’ »EDI » EST RESTÉ LE MÊME »

Jorge Perez,

entraîneur de Cavani au Danubio FC

« La Universitad del futbol«  : le complexe qui abrite les jeunes talents du Danubio FC,  se veut une école de champions. De vie, aussi. Casquette vissée sur la tête, Jorge Perez déambule dans le fief des Noir et Blanc. Toujours aux manettes, l’ancien coach d’Edinson se remémore son célèbre pensionnaire : « La vérité, c’est qu’Edi resté le même. Cela se voit quand on le regarde à la télé. C’est un grand joueur par ses qualités, c’est sûr, mais je retiens surtout l’humilité qu’il dégage. Ses qualités techniques, nous en étions déjà conscients, ici, à Danubio. Il avait quelque chose en plus. »

Ce quelque chose en plus ? Un goût du combat que Jorge Perez, comme les futurs formateurs de Cavani, associe à un profil racé de numéro neuf labellisé dévoreur de buts

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE CET ARTICLE DANS LE NUMÉRO

CAVANI À LA FOLIE

Janvier – Février 2018

Toute l'actualité du magazine