Chargement

Chercher

Le paris de la jeunesse

Partager

Le Paris Saint-Germain, terre d’accueil des stars ? Oui, mais pas seulement. Depuis sa naissance, le club cultive un lien très profond avec les talents en devenir. Ceux qu’il forme en son centre. Et ceux qu’il recrute, en Europe comme en Amérique du sud. À chaque fois, une ambition solidement ancrée : faire grandir ces joueurs sous la bannière rouge et bleu.

Visite guidée d’un Paris essentiel. Le Paris de la nouvelle génération.

Ici, c’est Paris. Ici, c’est ce club dont un quart des joueurs à avoir porté le maillot de l’équipe première en match officiel – 110 sur 437 – sont issus du centre de formation de Saint-Germain-en-Laye. Ici, c’est ce club qui, un jour de 8e de finale aller de Ligue des champions, entame un choc face au Real Madrid avec trois titulaires issus de son contre de formation (Areola, Kimpembe, Rabiot) et quatre autres (Mbappé, Verratti, Marquinhos, Lo Celso) qui ont tous été recrutés alors qu’ils avaient entre 18 et 20 ans. Aucun doute possible : entre le Paris Saint-Germain et les jeunes, d’ici et d’ailleurs, la relation est étroite.Presque fusionnelle.

Qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, tous sont venus grandir avec Paris. S’y construire. Tous sont venus y vivre leurs rêves et se construire, une fois passés des tout premiers pas qui oscillent entre appréhension et excitation. C’est Christopher Nkunku, adossé à ses 20 ans, qui ravive le premier souvenir de son immersion dans le grand monde. “Ce jour-là, j’ai cours une heure plus tard. Le coach des U19 m’appelle, il me réveille. Au début, je ne veux pas répondre. Je décroche tout de même et là, il m’annonce qu’ils ont besoin de joueurs chez les pros. Je me prépare vite afin de rejoindre le groupe, pour qu’ils n’aient plus le choix au cas où ils changeraient finalement d’avis !”

Toujours espérée, souvent inattendue, la première convocation pour un entrainement avec l’équipe première du Paris Saint-Germain diffuse une sensation particulière chez tout jeune du centre de formation. Ce sentiment de partir tutoyer les sommets, même pour un temps limité.

Comme son coéquipier, extirpé de son sommeil pour rejoindre Maxwell et Thiago Motta, c’est par un coup de fil que Presnel Kimpembe va apprendre sa “montée” chez les pros. “C’était au lendemain d’un match de Youth League, on avait perdu contre Tottenham. Mon entraineur, David Bechkoura, m’appelle. Dans ces moments, on n’a jamais envie de répondre. Je décroche quand même et il me dit que j’ai entrainement avec les pros ! C’était avec Carlo Ancelotti, il y avait Beckham, Zlatan ! C’était un honneur de pouvoir m’entrainer avec de tels joueurs.”

Malgré les lunettes de soleil, les étoiles brillent derrière les verres teintés du défenseur central : “Mis à part Mamad’ [Sakho] ou [Mohamed] Sissoko, qui mangeaient souvent au centre, ainsi que quelques jeunes, on apercevait rarement les autres joueurs du groupe pro.” Taquin, le nouveau défenseur de l’équipe de France, qui a étrenné en Russie sa première sélection (1-3, le 27 mars), décrit le changement d’univers à l’aune, entre autres, des régimes alimentaires. “Au centre de formation, il faut être fort mentalement, c’est la cantine, c’est sec, y’a pas de sauce ! Il faut être costaud, mon gars ! Tu manges des blocs de pierre !” Et de poursuivre, le ton plus sérieux : “Quand on est au centre, les pros, on les voit de loin. On leur fait un signe quand ils passent en voiture.”

Les spectaculaires berlines des pros, Adrien Rabiot va en découvrir l’habitacle au fil de ses premières montées en équipe première. “Je venais en bus car j’étais externe. Je m’arrêtais au bout de la ligne droite de Saint-Germain et je finissais le trajet à pied. Les joueurs me voyaient, me faisaient monter et m’emmenaient jusqu’au centre.” Ces moments d’échange et de convivialité permettent aux jeunes recrues de démystifier les monuments qui se dressent face à eux. Et de prendre la mesure de ce qui les attend. Malgré son pedigree, Timothy Weah, fils de l’illustre “Mister George” et convoqué dans le groupe pour la première fois cette saison, rappelle qu’il y a quelque temps, il ne côtoyait ces joueurs qu’à travers une console, en mode Carrière sur FIFA.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE CET ARTICLE DANS LE NUMÉRO

FOREVER YOUNG

Toute l'actualité du magazine

Article précédent
Article suivant